La peinture est une nécessité tout simplement. Une façon d’écrire une relation au monde en constante mutation. Qu’est ce que la peinture ? Un regard sur le monde ? Une nouvelle perception de la réalité ? Nous ne sommes ni enchaînés, ni immobiles devant nos propres ombres et celles d’objets. Nous pouvons converser avec les choses, et c’est ce que la peinture nous offre. Tout peut être prétexte à peindre. Au-delà du sujet, des objets loin derrière nous, la peinture est un lieu de réflexion où de rêverie.

La boîte noire, la caverne et le trou par lequel la lumière pénètre nous offre la liberté de penser, de rêver. C’est de l’éblouissement de la lumière, de l’ivresse qu’il nous faut accueillir le changement. D’innombrables réalités s’offrent à nous dans l’épaisseur du monde. « Il suffit d'un signe pour évoquer un visage, il n'est nul besoin d'imposer aux gens des yeux, une bouche... Il faut laisser le champ libre à la rêverie du spectateur » (HM). A l’évidence, il y a quelque chose à prendre au-delà du figuré sans s’engager catégoriquement dans l’abstraction.

Dominique Dorla

« il est vrai à la fois que le monde est ce que nous voyons et que pourtant, il nous faut apprendre à le voir » Maurice Merleau Ponty, Le Visible et l'Invisible.

Peinture Dominique Dorla

Dans le fond de Bernica, huile sur toile, 65X50, 2014, Saint-Leu Ile de la Réunion.

“Nous voyons les choses même, le monde est cela que nous voyons: des formules de ce genre expriment une fois qui est commune à l’homme naturel et au philosophe dès qu’il ouvre les yeux, elle renvoie à une assise « d’opinions » muettes impliquées dans notre vie. Mais cette foi a ceci d’étrange que, si l’on cherche à l’articuler en thèse ou en énoncé, si l’on se demande ce que c’est que nous, ce que c’est que voir et ce que c’est que chose ou monde, on entre dans un labyrinthe de difficultés et de contradictions. »

Maurice Merleaux Ponty, Le Visible et l’Invisible, p.17, Gallimard, Paris.

Peut-être, suffit-il d’un regard désintéressé sur les choses ? Ainsi, la peinture peut nous apprendre à voir le monde autrement, où l’apparence sensible des objets dépasse leur fonction utilitaire. Et si ces représentations sont des artifices, elles possèdent des codes et proposent une réalité autre.

Dominique DORLA

Site Internet réalisé par Arno en partenariat avec GDNA